Au fil des générations

Dans le temps et dans l’espace, la fabrique de l’histoire a pour matériau essentiel la mémoire des uns et des autres, souvent redoutée, parfois apprivoisée.

Qu’elles soient subjectives ou officielles, hésitantes, chuchotées ou triomphantes, ces mémoires reflètent la complexité des réalités et des relations humaines, entre les individus, les familles naturelles et culturelles, et les groupes sociaux professionnels.

Sans chercher pour autant à tout dévoiler, Perpétue aime à suivre les traces, les itinéraires, les choix de vie des uns et des autres au travers des déplacements. Les origines en font partie intégrante sans pour autant occulter tout le reste. Le fil des générations s’interrompt parfois comme les sources dont le cours s’enfonce sous terre mais il ne disparaît jamais totalement.

Comme les fils de chaine et trame d’un tissage, nos histoires se suivent ou se croisent, différentes et parfois semblables.

Des Alpes, d’Alsace ou d’Italie, en passant par l’Auvergne et par la capitale ... certains ont même fait le pari de traverser les mers, en cherchant ailleurs le droit de vivre ou d’être soi, de s’installer, de travailler.

Les histoires jointes pourraient toutes faire l’objet de projets de publications.

  • Ernest et Lucienne Monnier née Martin
    Ernest et Lucienne Monnier née Martin
    © Odette Oléi-Monnier

Aujourd’hui décédés, ils ont construit dans les années 60 l’Auberge du Lièvre Blanc à La Gorge, hameau de la commune de Sainte-Agnès (38), sur un tènement familial (Martin-Barthélémy).
Leur fils Alain, jeune cuisinier qui devait prendre la relève, a été emporté par un cancer en 1976.